Allongé sur le toit, au fil des années, je suis devenu plus proche d’une tuile que d’un humain. Une tuile mangée par l’acné. De ce temps passé dehors, je ressens parfaitement les mouvements aériens, le jour qui transperce la peau, la nuit qui s’établit dans ce qui a été transpercé et la nuit qui s’écoule au petit jour. Je n’ai pas un dos avec une colonne vertébrale normale, mais l’empreinte du toit.

Extrait, Poutresse, ANT. HAP. 2023.

 

Encre acrylique sur papier coton artisanal indien, teint dans la masse 400 Gr

100 cm x 70 cm

2018

Inde

Jérôme Karsenti ©

Seul le son du frottement des feuilles de mes carnets de dessins Te retrouvent.

1,000

1 en stock

CONTACT