J’ouvre la porte d’entrée pour regarder si dehors est toujours là. Oui. Viens, viens, « dehors », entre dedans, ce que tu ne fais jamais lorsque la porte est ouverte. Que ne t’ai-je pas appris, et pourtant dehors reste dehors. Dehors ne rêve jamais, sauf peut-être à la lisière du dehors et du dedans, au dedors. Je regarde les poutres du palier de chez nous. Je veux pouvoir regar- der là-haut, l’horloge. Les poutres sont immobiles, le cadran aussi. Nous, humains, sommes le méca- nisme. Pieds dans le starting-block. J’attends un courant d’air sous vide. CLAC. Dans la rue, plus je me sens séparé, mieux c’est, ça m’évite de tuer quelqu’un si j’ai envie de me flinguer.

Extrait ANT, POUTRESSE. HAP. 2023

 

Acrylique sur toile

160 cm x 100 cm

Berlin

2018

Jérôme Karsenti ©

Où suis-je dans ce ciel, dans ses suspentes ?

6,000

1 en stock

CONTACT